PRESSE

Josée Huger - La Croix

Leo-la-Croix.png

Agostino Trotta - Olyrix

Dido and Æneas, opéra de Tours, 2019

« Le contre-ténor Léopold Gilloots-Laforge, pleinement dans son rôle de Sorceresse, offre une voix doucement et subtilement rembrunie. »

 

Marjorie Cabrol - Olyrix

Concours int. Jeunes espoirs Raymond-Duffaut, 2019

« Lauréat du prix de l’Avant-Scène Opéra de Neuchâtel, le contre-ténor français, Léopold Gilloots-Laforge définit d’une manière subtile et appliquée sa charmante et chaude voix, homogène et ample. Il conquiert le public avec l’air du froid de Purcell. »

 

François Jestin - Opéra Magazine

Concours international de la ville d'Arles, 2017

Un petit vent de fraîcheur souffle avec le jeune contre-ténor français Léopold Gilloots-Laforge,  qui décroche le Deuxième prix "Homme". Il fait d'abord preuve d'une musicalité exemplaire et d'une grande vélocité sur les redoutables passages d'agilité de "Venga pur, minacci e frema" (Mitridate de Mozart). Sa ligne vocale, conduite avec élégance sur le souffle, fait ensuite merveille dans l'élégiaque "Laissez-vous toucher par mes pleurs" (Orphée et Eurydice) de Glück.

 

Roseline Bachelot - Forum Opéra

Concours international de l'opéra du Grand Avignon, Raymond Duffaut, 2016

« Allez, il me faut avouer que mon coup de cœur est allé au contre-ténor Léopold Gilloots-Laforge, qui nous fit une très musicale Fledermaus, même s’il montra moins de maitrise dans L’Olimpiade de Vivaldi, assurant néanmoins  une vraie prise de risque qu’on souhaiterait plus fréquente dans ce genre de concours. »