HANDEL | HEROIC PSYCHO

Léopold Gilloots-Laforge - Contre-ténor

Paul Montag - Pianiste

1h30 en deux parties

PARTIE I

Arminio

Admeto

Orlando

Partenope

Berenice

Sinfonia

Orride larve... Chiudetevi miei lumi (Admeto)

Fammi combattere (Orlando)

Sento amor con novi dardi (Arsace)

Furibondo spira il vento (Arsace)

Ch'io parta ? (Arsace)

Selene, infida ! ... Sù Megera, Tesifone, Aletto (Demetrio)

PARTIE II

Liszt I Handel

Faramondo

Amadigi di Gaula

Orlando

Transcription de la Sarabande et Chaconne de Almira

Voglio che mora (Gernando)

Pena tiranna (Dardano)

Scena di Folia (Orlando)

Già l'Ebro mio ciglio (Orlando)

Voyage au royaume de tous les désirs et de toutes les jalousies, celui des héros handéliens de l'ombre, figures fugaces de l'inconstance restées à mi-chemin entre lumière et légende noire.

Ce programme s'identifie par la force théâtrale des héros qui le composent et se veut particulièrement fort en contrastes, se balançant de la plus grande douceur à la virtuosité la plus vive.

AU ROYAUME DE L'ANTI-HÉROS

L'œuvre scénique de Handel, forte de ses quarante opéras est considérée aujourd’hui comme l’une des plus innovantes et abouties de son temps. Dans cette période où règnent en maîtres les castrats et les rigides codes de l’opera seria, les héros et leurs ennemis s’affrontent inlassablement dans les âpres batailles des passions, souvent source d’un manichéisme prédominant accepté par l'ensemble des librettistes et des compositeurs.

Handel développera le genre de l’opéra seria depuis Londres d’une manière tout à fait personnelle et singulière. Ses héros peu enclins à l’académisme se reconnaissent à leurs nombreux contrastes internes et à leurs destinées aussi singulières que tumultueuses.

Si tous se rejoignent dans la désespérante quête de l'amour, c'est de manière bien différentes qu'ils tenteront d'accomplir leur geste : en s'inspirant des poèmes épiques latins et de la tragédie grecque, Handel a pu développer une palette de personnages extrêmement riche venue d'univers fondamentalement différents.

Le génie d'Handel se manifeste d'autant plus qu'il a su donner au caractère extrêmement fort de ses personnages une unicité musicale immédiatement identifiable, rendant chaque personnage évident dans sa singularité.

STORYBOOK

ADMETO

Dans une salle de son palais, dominée par une statue du dieu Apollon, le roi Admeto di Thessalia gît mourant, tourmenté par de terribles rêves. (Orride larve... Chiudete miei lumi

Sa femme Alceste prie Apollon d'épargner sa vie. La statue lui parle et l'informe qu'Admetus vivra si l'un de ses proches décide de mourir à sa place. Alceste accepte de se sacrifier pour son mari. Admeto une fois guéri réalise qu’il a été précédemment trompé d'un faux portrait et qu’il aurait du épouser Antigone. Mais Alceste revenue du royaume des morts par l'aide d'Hercule refuse de s'être sacrifiée pour être remplacé par une autre femme. Admetus doit choisir.

ORLANDO

Le noble chevalier Orlando nourrit une passion obsédante pour Angelica et a renoncé à mener la vie de paladin en se convaincant que la gloire est plus grande dans la recherche de l’amour. Mais Angelica  ne porte que le prince Medoro en son coeur, et effrayée par la brutalité d'Orlando lui feint d'en être amoureuse pour mieux l'apaiser. Elle l'envoie vaincre des monstres pour s'échapper le plus rapidement possible avec Medoro (Fammi combattere). 

Le chevalier découvrant la trahison sombre dans la plus furieuse des folies (Scena di Folia) et brûle tout sur son passage, tue Medoro ainsi qu'Angelica avant de sombrer dans un sommeil létal. (Già l'ebro mio ciglio)

ARSACE (Partenope)

Le prince de Corinthe Arsace a rejoint la reine Partenope dans le royaume de Naples. Tout deux se languissent dans une parfaite idylle amoureuse. C'est sans compter la venue inopportune de son ancienne fiancée Rosmira, la Princesse de Crête, déguisée en homme et que Arsace venait d'abandonner au profit de Partenope. Le prince se révèle incapable de choisir entre ses deux amours. (Sento amor con novi dardi

Rosmira face à la preuve répétée de l'inconstance de son amant décide de se venger en lui faisant vivre l'enfer (Furibondo spira il vento) ainsi qu'en lui imposant toutes sortes de défis émotionnels(Ch'io parta ?)

DEMETRIO (Berenice)

En 81 avant J-C, pressé par l'empire romain la souveraine d'Egypte Berenice doit épouser  un noble romain afin de renouveler l'alliance des deux entités. Berenice est justement éprise de Demetrio,  un noble romain secrètement en couple avec Selene, la soeur de la reine. Le duo fomente sa reddition pour mieux régner et proposent de s'allier à l'ennemi de l'Egypte, le roi Mitridate. Mais Berenice informe sa sœur qu'elle doit épouser prochainement le riche prince Arsace. Demetrio apprenant la nouvelle croit Selene infidèle, ce qui déclenche sa fureur. Pour se venger, il conspirera avec avec les Furies des Enfers, contre l'Égypte. (Su, Megera, Tesifone, Aletto !)

GERNANDO (Faramondo)

Dans l'actuelle Allemagne au temps des Mérovingiens, trois royaumes s'affrontent : celui des Francs, des Suèves et celui des  Cimbres. Gernando, le roi des Suèves détient prisonnier Rosimonda, la fille du roi des Cimbres, Gustavo. Celui-ci après la mort sur le champ de bataille de l'un de ses fils a mis à prix la tête de Faramondo, roi des Francs en promettant à son futur assassin la main de sa fille captive. Faramondo réussit à s'introduire avec son armée dans le royaume de Gernando pour lui dérober Rosimonda. Mais le roi Gernando également ennemi de Gustavo a bien l'intention de garder Rosimonda pour lui, et promet la mort prochaine de Faramondo. (Voglio che mora, si !)

DARDANO (Amadigi di Gaula)

Amadigi, vit avec la princesse Oriana un amour partagé. Mais cette double inclination est fort mal vue par deux jaloux qui entendent bien contrarier cette idylle : la magicienne Melissa, elle-même éprise d’Amadigi, et le prince de Thrace Dardano, amoureux éconduit d’Oriane. Ceux-ci comprenant que leurs chances sont bien minces décident d'utiliser la sorcellerie pour aboutir à leur fin. Après l'une des plus célèbres scène de désespoir de l'opéra handélien, (Pena tirannaMélissa donne alors à Dardano l'apparence d'Amadigi afin d'abuser Oriana. Celle-ci suit Dardano, ayant reçu les traits d'Amadigi, afin d'implorer son pardon et tenter de le reconquérir.

HANDEL AU PIANO ?

Fort d'une expressivité poussée à son maximum, un programme mettant en premier plan la richesse des contrastes orchestraux de la musique d'Handel a vite rendu nécessaire l'utilisation du piano pour répondre au mieux à la richesse des inflexions de la partition.

En assumant pleinement ce choix nous voulons donner à ce programme une dimension la plus orchestrale possible, dans toute sa variété de couleurs et de nuances dans le cadre d'une formation en duo. 

 Les réductions d'orchestre ont fait l'objet d'un long travail de fond et ont été entièrement repensées et réécrites par les artistes

En choisissant d'ajouter à notre programme la transcription de la Sarabande et Chaconne de Almira  de Liszt, nous voulons illustrer et rendre hommage aux contemporains d'Handel, pianistes et compositeurs, qui ont su faire valoir sa musique sur un instrument qui s'il ne lui était pas familier deviendrait l'un des plus grands acteurs de la diffusion de sa musique.

LÉOPOLD GILLOOTS-LAFORGE

Léopold Gilloots-Laforge est lauréat de plusieurs concours : le concours international d'Art lyrique jeunes espoirs de l'Opéra Grand Avignon (Prix de l'Avant-Scène opera de Neuchâtel, 2019 ainsi que le prix de la banque Chaix, 2016) ; le concours international Jeunes Talents de Normandie (Lauréat de la catégorie "Excellence", 2019) ; le concours international d'Art Lyrique de la ville de Marmande (Prix Jeune espoir, 2018) ; le concours international d'Art Lyrique de la ville de Bordeaux (Prix Jeune espoir, 2018) ; le concours international d'Art Lyrique d'Arles (Deuxième prix homme ainsi que le prix du Centre Français de Promotion Lyrique, 2017). 

Léopold a pu travailler avec des artistes de renom, tels les chefs Roland Hayrabedian, Joël Suhubiette, Catherine Simonpietri, Benoit Haller, François Bazola, Victor Jacob et Alexis Duffaure ; les metteurs en scène François de Carpentries, Karine Van Hercke, Catherine Dune et Didier Girauldon ; les compositeurs Denis Levaillant, Bruno Ducol et Caroline Marçot ; le claveciniste Stéphane Béchy et la pianofortiste Laure Colladant.

En 2019 il fait ses débuts au Grand Théâtre de Tours dans l’Enchanteresse de Didon et Énée d’Henry Purcell, dirigé par François Bazola et à l'Opéra national de Montpellier en 2019, dans un récital consacré à WA. Mozart, dirigé par Victor Jacob. Il débute également à l'Opéra de Massy, à l'occasion de la création de plusieurs productions, dont Masculin/Féminin ; Mozart, ça va vous chante ? et Offenbach, le bus opérette, crées par la metteur en scène Frédérique Lombart et dirigé par Franck Chastrusse-Colombier.

Léopold est formé depuis 2015 par la soprano Sophie Hervé. Il a achevé sa formation chorale en intégrant pendant deux ans la Maîtrise de Notre-Dame de Paris, dirigée durant cette période par Lionel Sow. Il a également pu participer aux masterclasses de Margreet Hönig, Anne le Bozec, Semjon Skigin. Au sein de cette formation il a l'occasion de chanter sous la direction de Gustavo Dudamel, Sir Roger Norrington et Patrick Fournillier.

PAUL MONTAG

« Envoûtantes, son énergie et sa délicatesse n’ont d’égales que sa maîtrise technique… La grâce de son doigté et le charme de sa musicalité ensorcèlent ». (Forum Opéra)

« S’il y avait un disque de piano d’Hindemith comparable, ce serait celui de Sviatoslav Richter… D’une hauteur et d’une poésie qu’on retrouve ici ». (Classica)

Personnalité atypique aux multiples facettes, le pianiste Paul Montag s’est produit depuis son enfance sur les plus grandes scènes à travers l’Europe, les Etats-Unis, le Canada, l’Asie et le Maghreb. 

Il est un des rares pianistes contemporains à avoir eu le privilège de se produire à plusieurs reprises à Salzbourg sur le pianoforte original de W.A. Mozart.

Sa discographie unanimement reconnue par la presse spécialisée (Choc de Classica, 5 Diapasons…) comprend : la musique de jeunesse pour piano de Paul Hindemith, la musique pour piano de Claude Debussy, « On Tour » avec Raphaël Sévère, l’intégrale des mélodies d’Albert Roussel, ainsi que les mélodies de Félicien David.

Professeur au Conservatoire de Paris et à l’École Normale de Musique de Paris, Paul Montag a été initié au piano dès l’âge de 4 ans. A 13 ans, il est admis au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris dans la classe de Jean-François Heisser puis se perfectionne auprès de Christian Ivaldi à l’École Normale de Musique de Paris et reçoit notamment les conseils de Jean-Claude Pennetier et Paul Badura-Skoda.

Lauréat de la fondation Cziffra et du prix Charles Oulmont de la Fondation de France, il se passionne aussi bien par le répertoire de soliste que par la musique de chambre et vocale, il a partagé les scènes avec de nombreux partenaires parmi lesquels Pumeza Matshikiza, Rolando Villazon, Karine Deshayes, Henri Demarquette… Et Raphaël Sévère avec qui il forme un duo depuis plusieurs années.

C’est toujours la passion qui anime ce motard, épicurien reconnu, lorsqu’il collabore comme chroniqueur pour différents médias dont le magazine Pianiste ou bien encore en qualité de photographe.